Lire le roman de Jules Verne, 20.000 lieues sous les mers

Ce module peut permettre de travailler le programme de Français de Première OE3 -L'Homme face aux avancées scientifiques et techniques : enthousiasmes et interrogations

http://www.barbeypedagogie.fr/6-ressources-pedagogiques/synth%C3%A8ses-premiere/premiere-fran%C3%A7ais-oe3/

Jules Verne, Vingt-milles lieues sous les mers, Hetzel, Paris, 1869.

Biographie de Jules Verne

Jules Verne est un pionnier des romans d'aventure et de science-fiction. Ses livres (De la Terre à la lune, Le tour du monde en 80 jours, Vingt-milles lieues sous les mers…) ont marqué ce genre littéraire et la littérature française en général. Verne vécut au XIXe siècle, à l’époque des grands progrès techniques (l’électricité, le téléphone, le télégraphe, les chemins de fer et les machines à vapeur). Ce passionné de littérature et de découvertes scientifiques mêle habilement les deux pour nous emmener dans des Voyages extraordinaires durant lesquels l’impossible devient possible.

 

Présentation de 20.000 lieues sous les mers

Ce roman d’aventures de Jules Verne, composé en 2 parties de respectivement 24 et 23 chapitres, est le sixième de la série des Voyages Extraordinaires. Il a été publié chez Hetzel, à Paris,  en 1869.

 

Résumé de Vingt-milles lieues sous les mers

En cette année 1866, une forte angoisse règne sur les océans. Un monstre marin effrayant a été signalé dans diverses mers par plusieurs navires. Une expédition s'organise à bord de la frégate américaine Abraham Lincoln. Elle a notamment à son bord le capitaine Faragutt, le canadien Ned Land,  le fameux naturaliste français Aronnax du Muséum de Paris  et son fidèle domestique Conseil. Le but de cette expédition est de débarrasser les mers de cette abominable menace.

 

Pendant plusieurs mois, les recherches sont vaines et le découragement s’empare de l’équipage. Jusqu’à ce 5 novembre1867. Ce jour-là, Ned Land aperçoit le monstre, un « narval gigantesque ». Il se déplace à une telle vitesse que la frégate a beaucoup de mal à le suivre. Lorsque enfin elle réussit à l’approcher pour le harponner, l’animal aborde violemment le vaisseau.

 

Celui-ci se trouve presque entièrement submergé par une vague gigantesque. Sous le choc, Aronnax, Conseil et le harponneur Ned Land sont précipités à la mer. Ils parviennent à se réfugier sur le dos de l'énorme bête. Ils réalisent alors que ce qu’ils avaient pris pour un monstre n’est autre qu’un navire sous-marin. Les trois naufragés sont faits prisonniers et se retrouvent à bord du Nautilus. Ils font alors la connaissance de ce mystérieux équipage et de son capitaine, Nemo, un personnage à l’attitude très énigmatique. Ils découvrent très vite que le capitaine Nemo, qui a conçu les plans du Nautilus, n'apprécie que très peu la compagnie des humains. Mais, il refuse de les relâcher de peur que son secret ne soit révélé au monde. Les trois naufragés séjourneront près de huit mois dans le fabuleux submersible.

 

Le capitaine Nemo finit cependant par éprouver de l’estime pour le savant français. Il fait découvrir à ses hôtes les trésors de la bibliothèque et du musée du Nautilus et décide d’entreprendre un tour du monde des profondeurs océaniques.  En compagnie de cet étrange capitaine, nos trois héros  découvrent la mystérieuse Atlantide et ses trésors engloutis, empruntent un tunnel creusé par la nature sous l’isthme de Suez, mesurent l’immensité du Pacifique, se battent contre des cannibales et des poulpes géants, s’aventurent  sous la banquise du pôle sud là où personne ne s’était encore hasardé, chassent dans les forêts sous-marines et assistent à un enterrement dans un cimetière de coraux. 

 

Aronnax, Conseil et Ned Land continuent d’éprouver une certaine méfiance vis à vis de ce mystérieux capitaine. Un jour, leurs soupçons sont confirmés. Le capitaine Nemo  fait couler de sang-froid un navire de guerre de nationalité inconnue avec tout son équipage. Il accuse ce bâtiment d’appartenir à une « nation maudite ».  On découvre alors la véritable identité du capitaine Nemo, prince indien que les Anglais ont jadis dépossédé et blessé dans sa chair. Ausssi, voue-t-il à la Grande-Bretagne une haine éternelle. La tristesse et la terreur règnent maintenant à bord du Nautilus.

 

Ned Land, Aronnax et Conseil parviennent alors à s’échapper.  Ils s’embarquent à bord d'une chaloupe et accostent par miracle sur une des îles Lofoten d'oùils regagnent la France. Ils ne sauront jamais ce qu’il est advenu du Nautilus à bord duquel ils avaient effectué leur voyage extraordinaire de 20.000 lieux sous les mers pendant 8 mois. 

Le voyage extraordinaire du Nautilus poursuivi par l'Abraham Lincoln.
Le voyage extraordinaire du Nautilus poursuivi par l'Abraham Lincoln.

Parcours de 20.000 lieues sous les mers

Début du roman

« L'année 1866 fut marquée par un événement bizarre, un phénomène inexpliqué et inexplicable que personne n'a sans doute oublié. Sans parler des rumeurs qui agitaient les populations des ports et surexcitaient l'esprit public à l'intérieur des continents les gens de mer furent particulièrement émus. Les négociants, armateurs, capitaines de navires, skippers et masters de l'Europe et de l'Amérique, officiers des marines militaires de tous pays, et, après eux, les gouvernements des divers États des deux continents, se préoccupèrent de ce fait au plus haut point.

 

En effet, depuis quelque temps, plusieurs navires s'étaient rencontrés sur mer avec « une chose énorme » un objet long, fusiforme, parfois phosphorescent, infiniment plus vaste et plus rapide qu'une baleine. »

 

Fin du roman

« Voici la conclusion de ce voyage sous les mers. Ce qui se passa pendant cette nuit, comment le canot échappa au formidable remous du Maelstrom, comment Ned Land, Conseil et moi, nous sortîmes du gouffre, je ne saurai le dire. Mais quand je revins à moi, j'étais couché dans la cabane d'un pêcheur des îles Lofoten. Mes deux compagnons, sains et saufs étaient près de moi et me pressaient les mains. Nous nous embrassâmes avec effusion.


En ce moment, nous ne pouvons songer à regagner la France. Les moyens de communications entre la Norvège septentrionale et le sud sont rares. Je suis donc forcé d'attendre le passage du bateau à vapeur qui fait le service bimensuel du Cap Nord.


C'est donc là, au milieu de ces braves gens qui nous ont recueillis, que je revois le récit de ces aventures. Il est exact. Pas un fait n'a été omis, pas un détail n'a été exagéré. C'est la narration fidèle de cette invraisemblable expédition sous un élément inaccessible à l'homme, et dont le progrès rendra les routes libres un jour.


Me croira-t-on ? Je ne sais. Peu importe, après tout. Ce que je puis affirmer maintenant, c'est mon droit de parler de ces mers sous lesquelles, en moins de dix mois j'ai franchi vingt mille lieues, de ce tour du monde sous-marin qui m'a révélé tant de merveilles à travers le Pacifique, l'Océan Indien, la mer Rouge, la Méditerranée, l'Atlantique, les mers australes et boréales !


Mais qu'est devenu le Nautilus ? A-t-il résisté aux étreintes du Maelstrom ? Le capitaine Nemo vit-il encore ? Poursuit-il sous l'Océan ses effrayantes représailles, ou s'est-il arrêté devant cette dernière hécatombe ? Les flots apporteront-ils un jour ce manuscrit qui renferme toute l'histoire de sa vie ? Saurai-je enfin le nom de cet homme ? Le vaisseau disparu nous dira-t-il, par sa nationalité, la nationalité du capitaine Nemo ?


Je l'espère. J'espère également que son puissant appareil a vaincu la mer dans son gouffre le plus terrible, et que le Nautilus a survécu là où tant de navires ont péri ! S'il en est ainsi, si le capitaine Nemo habite toujours cet Océan, sa patrie d'adoption, puisse la haine s'apaiser dans ce cœur farouche ! Que la contemplation de tant de merveilles éteigne en lui l'esprit de vengeance ! Que le justicier s'efface, que le savant continue la paisible exploration des mers ! Si sa destinée est étrange, elle est sublime aussi. Ne l'ai-je pas compris par moi-même ? N'ai-je pas vécu dix mois de cette existence extranaturelle ? Aussi, à cette demande posée, il y a six mille ans, par l'Ecclésiaste : « Qui a jamais pu sonder les profondeurs de l'abîme ? » deux hommes entre tous les hommes ont le droit de répondre maintenant. Le capitaine Nemo et moi.» 

 

Lecture en ligne du texte intégral

http://jv.gilead.org.il/le-chateau/20mil/ 

 

Commentaires & sources

Des commentaires de l'œuvre

« Jules Verne, dernier écrivain voyant. Ce qu’il imaginait est devenu réalité ». 

- Eugène Ionesco, Journal en miettes, 1967.

 

« C’est Tintin du côté de chez Zarathoustra : il y a un démiurge en Jules Verne, et qui ne fait plus la différence entre la création et sa création, et qui fait et refait la découverte enfiévrée de la Terre, demeure de l’espèce humaine : on dirait un insatiable gamin qui célèbre le surhomme des temps nouveaux, commissaire-priseur des océans, arpenteur de l’infini, milliardaire des étoiles ».

- Renaud Matignon, Jules Verne : Tintin chez Zarathoustra in Le Figaro Littéraire, 28 octobre 1991.

 

« Il avait au fond notre âge, Jules Verne, quand nous étions adolescents , et c’est le secret de cette empreinte qu’il laisse à ses lecteurs : il nous a raccompagnés de l’enfance jusqu’à la grille de l’âge adulte ; ainsi reprenons nous Jules verne comme un bateau en partance, plongeurs aux aguets qui sommes pour toujours des imminences, des départs suspendus… On ne peut pas dire que Jules Verne, aujourd’hui revienne. Il refait surface , simplement, comme ses sous marins légendaires ».

- Renaud Matignon , Jules Verne : le Voyage intérieur in le Figaro Littéraire décembre 1994.

 

Sources bibliographiques

- 20 000 lieues sous les mers de Jules Verne ( Livre de Poche) 
- Le Robert des Grands Ecrivains de langue française
- 50 romans clés de la Littérature française de Jean-Claude Berton (Hatier)
- Kléber Haedens,  Une Histoire de la Littérature française, Grasset, 1970
- Dictionnaire des Grandes Œuvres de la Littérature française, Jean-Pierre de Beaumarchais, Daniel Couty (Editions Larousse)

 

Source sitographique

http://www.alalettre.com/verne.php

 

Adaptation au cinéma

20.000 lieues sous les mers, David Fleischer, 1954

http://www.youtube.com/watch?v=emtoJqpvQWk

 

Adaptation au théâtre

http://www.dailymotion.com/SYDNEY-BERNARD#video=x9w1y2

 

Centre international Jules Verne

http://www.jules-verne.net/