Grand corps malade

Fabien Marsaud (né en 1977 au Blanc-Mesnil), alias Grand corps malade, a démocratisé le slam, genre né à Chicago dans les années 1980. Il commence à 15 ans à écrire des textes. Il est victime d'un grave accident, d'où le nom de scène qu'il prendra plus tard, et s'oriente vers la spectacle. En 2003, il slame dans un bar de la place Clichy à Paris. A partir de 2005, il commence à être connu. En 2006, il publie son premier album, Midi 20. Il remporte deux victoires de la musique en 2007.

Grand corps malade, mental de résistant

http://www.youtube.com/watch?v=IBSi17jWhqo

 

S'il y a bien une idée qui rassemble, une pensée qu'est pas toute neuve
C'est que quel que soit ton parcours, tu rencontres de belles épreuves
La vie c'est Mister Hyde, pas seulement Docteur Jekyll
J'ai vu le film depuis longtemps, la vie n'est pas un long fleuve tranquille
T'as qu'à voir les réactions d'un nouveau né à l'hôpital
S'il chiale si fort c'est qu'il comprend que souvent la vie va lui faire mal
Y'a des rires, y'a des pleurs, y'a des bas, y'a des hauts
Y'a des soleils et des orages et je te parle pas que de météo
On vit dans un labyrinthe et y a des pièges à chaque virage
A nous de les esquiver et de pas calculer les mirages
Mais le destin est un farceur, on peut tomber à chaque instant
Pour l'affronter, faut du cœur, et, un mental de résistant.

J'ai des cicatrices plein la peau, et quelques unes dans mes souvenirs
Y'a des rescapés partout, j'suis un exemple, ça va sans dire
Ca doit se sentir, faut pas se mentir, la vie c'est aussi la guérison
Après la foudre, prends toi en main et redessine ton horizon
Y'a des tempêtes sans visage où on doit se battre contre le pire
Personne n'y échappe Rouda c'est pas toi qui vas me contredire
C'est l'ultime épreuve où tu affrontes la pire souffrance morale
Quand la peine rejoint l'impuissance pour la plus triste des chorales
J'ai vu des drames à cœur ouvert j'ai vu des gens qui s'accrochent
Ce qui est bien avec le drame, c'est que tu le partages avec tes proches
Pour les miens il est peut-être l'heure de m'arrêter un court instant
Pour les remercier d'avoir du cœur et un mental de résistant.

La vie est aussi perverse, ce que tu désires elle l'a caché
Elle te le donnera pas tout cuit, il va falloir aller le chercher
Du coup ce qu'on a, on le mérite, au hasard on a rien piqué
Et si t'as pas compris, va voir mes potes ils vont t'expliquer
Jacky, tu m'as dit que l'ascenseur social était bloqué
Toi t'es allé chez Otis et le réparateur tu l'as braqué
Sans craquer, sans rémission, t'as affronté de vraies missions
Tu m'as montré qu'avoir du mental, c'est aussi avoir de l'ambition
Y'a pas de chemin facile, Brahim t'as rien demandé à personne
T'as tout construit de tes mains et y'a pas que moi que tu impressionnes
Toi Sami t'es notre moteur parce que tu sais depuis longtemps
Que pour que ca chémar il faut du cœur et un mental de résistant

 

Je crois qu'on a tous une bonne étoile sauf que des fois elle est bien planquée
Certaines même plus que d'autres, il faut aller les débusquer
Parfois ça prend du temps quand tu fais trois fois le tour du ciel
Mais si tu cherches c'est que tu avances, à mon avis c'est l'essentiel
Je fais partie de ceux qui pensent qu'y a pas de barrière infranchissable
Il faut y croire un peu, y'a bien des fleurs qui poussent dans le sable
Et' c'est quand tu te bats qu'il y a de belles victoires que tu peux arracher
Comme se relever avec une moelle épinière en papier mâché
Je n'apprends rien à personne, tu es vivant tu sais ce que c'est.
Vivre c'est accepter la douleur, les échecs et les décès
Mais c'est aussi plein de bonheur, on va le trouver en insistant.
Et pour ça, faut du cœur et un mental de résistant.

 

Grand corps malade, A l'école de la vie

https://www.youtube.com/watch?v=_wQFEyMGIYU

 

 

J'y suis entré tout petit sans le savoir, comme tout le monde 
Derrière ses murs, j'ai grandi et j'ai observé chaque seconde 
J'y suis entré naturellement, personne m'a demandé mon avis 
J'ai étudié son fonctionnement, ça s'appelle l'école de la vie 
Faut savoir qu'ici tout s'apprend, les premières joies et les colères 
Et on ne sort jamais vraiment de cet établissement scolaire 
A l'école de la vie, y'a des matières obligatoires 
Et certains cours sont en option pour te former à ton histoire 
La vie démarre souvent avec le prof d'insouciance, 
Il est utile, il t'inspire et puis il te met en confiance 
Mais juste après vient le cours des responsabilités, 
Tu découvres les maux de tête et les premiers contrôles ratés 
Le cours de curiosité est un passage important, 
En le comprenant assez tôt, j'ai gagné pas mal de temps 
Puis j'ai promis que je m'inscrirai dans le cours de promesse... 
Mais j'ai parfois été fort dans le cours de faiblesse 

A l'école de la vie, tout s'apprend, tout s'enseigne, 
Tout s'entend, on s’entraîne, des matières par centaines, 
C'est l'école de la vie, j'ai erré dans ses couloirs, 
J'ai géré dans ses trous noirs, j'essayerai d'aller tout voir 

 

En cours de grosse galère, j'ai eu quelques très bonnes notes, 
C'est ce genre de résultats, qui te fait connaitre tes vrais potes 
Ça m'a donné des points d'avance et une sacrée formation 
Pour le cours de prise de recul et celui d'adaptation 
Je me souviens du cours d'espoir, j'avais des facilités, 
A moins que je ne confonde avec le cours de naïveté 
Puis il y avait une filière mensonge et une filière vérité ; 
J'ai suivi les deux cursus, chacun à son utilité 
En cours de solitude, j'avais un bon potentiel, 
Se satisfaire de soi même est un atout essentiel 
Mais j'aime bien aussi l'ambiance qu'il y avait dans le cours de bordel, 
J'ai vite compris que l'existence se conjugue mieux au pluriel 
C'est qu'en cours d'humanité j'ai eu deux très bons professeurs, 
On a eu des travaux pratiques tous les jours, moi et ma sœur 
J'espère que petit à petit, j'ai bien retenu leurs leçons 
Et qu'à l'école d'une autre vie, je transmettrai à ma façon 

A l'école de la vie, tout s'apprend, tout s'enseigne, 
Tout s'entend, on s’entraîne, des matières par centaines, 
C'est l'école de la vie, j'ai erré dans ses couloirs, 
J'ai géré dans ses trous noirs, j'essayerai d'aller tout voir 

En cours d'histoire d'amour, j'ai longtemps été au fond de la classe, 
Le cul contre le radiateur, j'ai bien cru trouver ma place, 
Mais en pleine récréation, alors que je n'attendais rien, 
J'ai reçu ma plus belle leçon et le prof m'a mis très bien 
Au cours de liberté y avait beaucoup d'élèves en transe, 
Le cours d'égalité était payant, bravo la France 
Pour la fraternité, y'avait aucun cours officiel, 
Y'avait que les cours du soir, loin des voies institutionnelles 
Alors on saigne, on cicatrise, 
On se renseigne, on réalise 
Les bons coups et les bêtises 
On salit, on se divise 
Moi pour comprendre l'existence un peu plus vite ou un peu mieux, 
J'ai choisi le cours d'enfance en ville, j'ai même pris l'option banlieue 
Reste qu'en cours de bonheur, le prof était souvent malade, 
On s'est démerdés tous seuls, on a déchiffrés ses charades 
Autodidacte en sentiments, y'aura pas d'envie sans piment 
Dans mes cahiers en ciment, moi j'apprends la vie en rimant 

A l'école de la vie, tout s'apprend, tout s'enseigne, 
Tout s'entend, on s’entraîne, des matières par centaines, 
C'est l'école de la vie, j'ai erré dans ses couloirs, 
J'ai géré dans ses trous noirs, j'essayerai d'aller tout voir