LES GRANDS COURANTS LITTÉRAIRES AU XIXème SIÈCLE

Cette page est en construction

1. Le Romantisme

L'adjectif romantique désigne à l'origine les émotions ressenties par les lecteurs de romans puis un courant littéraire et artistique européen du XIXème siècle. Le romantisme naît en Allemagne et en Angleterre pour se développer  en France de 1820 à 1850. Il met en avant l'imagination et la sensibilité plus que la raison pour exprimer le moi avec ses passions et ses révoltes.

 

Origines du mouvement : Les idéaux du XVIIIème siècle se heurtent à l'histoire et sont remplacés par un désenchantement existentiel. L'épopée napoléonienne a été un désastre. La révolution de 1830, un échec et la monarchie de Juillet est très éloignée des idéaux républicains. Les romantiques refusent le monde moderne des bourgeois hypocrites et argentés.

 

Le Romantisme : Rejet des Classiques et affirmation de la liberté du moi

Le Romantisme rejette le Classicisme, met en avant la liberté et l'imagination et considère le moi comme une valeur absolue. Le conflit entre classiques et romantiques peut être extrême. La représentation de Hernani (1830), pièce de Victor Hugo, provoque un échange de coups et d'injures, la bataille d'Hernani.

Voir : https://www.youtube.com/watch?v=VhMMrfZGjuI

 

Le drame romantique rejette la distinction des genres par souci de réalité dans laquelle se mêlent beau et laid, grotesque et sublime, tragédie et comédie. Il peut se dérouler sur différentes époques et en différents endroits sans unité de lieu et de temps. La vraisemblance n'est pas forcément respecter surtout dans le mélodrame et le hasard peut être partout. Le registre de langue peut être très varié comme dans le théâtre élisabéthain (Shakespeare).

 

La littérature romantique s'exprime par la poésie, le drame et le roman mais aussi par le récit de voyage et de l'intime. Le théâtre commence à mélanger les genres et les registres. Il met en scène l'échec, l'accomplissement impossible, l’individu mal né ou avili. Le public est partagé entre applaudissement et scandale. Le roman revisite l'histoire, inquiète par son caractère gothique ou peint des portraits nouveaux de femmes. 

 

Les romantiques : nostalgiques, passionnés et engagés

Les romantiques ont la nostalgie du passé et redécouvrent les légendes, les contes, les épopées du moyen âge ou les poètes de la Renaissance. Le roman historique est très populaire. Ils ont le mal du siècle et écrivent des romans autobiographiques dans lesquels le héros est angoissé par le décalage entre la réalité et l'idéal. Le moi est exalté à travers des œuvres monumentales où transpirent sensibilité, émotions et lyrisme. La nature est prise comme image de la passion, de l'infini, de la communion entre Dieu et les hommes. Le romantique est à la quête de l'idéal, beauté, liberté, absolu et le cherche à travers les voyages et l'exotisme. Mais il s'engage aussi dans les combats de son temps y compris en politique.

 

Le héros romantique est conscient de son caractère unique et de son mal de vivre. Il se sent ridiculisé et donc se tient à l'écart et observe le monde. L'amour est pour lui une valeur absolue qu'il n'arrive pas à atteindre et qui le pousse parfois au suicide. Certains auteurs romantiques vivent les sentiments portés par leurs œuvres (Musset, Byron).

 

Des auteurs et des œuvres romantiques :

François-René de Chateaubriand (Saint Malo, 1768-1848)

Délaissé par ses parents, il fait des études pour être officier de marine. A l'âge de 16, ans il est intéressé par la prêtrise. Entre 16 et 18 ans il se trouve au château de ses parents avec sa sœur, avec qui il parle beaucoup.  Il est présenté au roi et fait la connaissance d'intellectuels. Il s'enthousiasme pour la révolte et perd sa foie religieuse.

En 1781, il part en Amérique. En 1792, il s'exile et mène une existence misérable. En 1803, il devient secrétaire d'ambassade à Rome. En 1807, il commence à écrire ses Mémoires, pendant 30 ans. Il est élu à l'académie française. Il meurt à 80 ans et est enterré face à la mer.

 

Stendhal (1783-1842)

Lamartine (1790-1869)

Victor Hugo (1802-1885)

Alexandre Dumas (1803-1870)

George Sand (1804-1876)

Alfred de Musset (1810-1857)

Des citations clés :

Alfred de Musset

" Je suis venu trop tard dans un monde trop vieux."

 

2. Le Réalisme et le Naturalisme

Le réalisme se développe contre les excès du romantisme. A partir de 1850, les écrivains réalistes se donnent le droit de décrire le monde tel qu'il est.

 

L'histoire s'inscrit dans le quotidien et le personnage se retrouve d'un roman à l'autre. Le récit pourrait être vrai. Il utilise la description détaillée et précise. Certains auteurs racontent même des histoires vraies mais le nom des personnages est changé pour éviter le scandale. Le personnage réaliste est un héros de l'ordinaire. Il est clairement identifié mais n'a plus d'individualité et appartient souvent à des catégories sociales ignorées. Le public lui reproche alors sa laideur et sa trivialité et va parfois jusqu'au procès.

 

Du réalisme, on passe progressivement au naturalisme. En 1856, les frères Goncourt écrivent que les basses classes ont droit à leur roman. Les auteurs utilisent la littérature pour analyser et connaître la nature humaine. On passe du héros à l'antihéros. Le personnage devient un cas à étudier. Il est blessé et corrompu par la société industrielle cruelle et inhumaine (alcoolisme, névrose, folie meurtrière). A l'aube du XXe siècle, le personnage de l'antihéros, qui sera utilisé tout au long du siècle et jusqu'à aujourd'hui, est né.  

 

Des auteurs et des œuvres :

Balzac

Balzac rédige La Comédie Humaine (1830-1856).

 

Maupassant

(Maupassant, Une vie, 1883).

Flaubert

Madame Bovary, 1857)

procès pour immoralité

 

 

 

 

 

 

Zola

Les Rougon-Macquart (1871-1893).

3. Le Parnasse

 

 

4. La décadence 

BARBEY d'Aurévilly

Les diaboliques

5. Le Symbolisme