Synthèse des cours - SECONDE - HISTOIRE - SE4

2H-SE4. Les Lumières, la révolution française et l'Europe : les droits de l'Homme

DOCUMENTS : https://www.barbeypedagogie.fr/6-ressources-pedagogiques/iconographie-seconde-pro/histoire-seconde-se4/

 

Le XVIIIe siècle est le siècle des Lumières. Les philosophes et les penseurs européens réfléchissent à l'organisation du vivre ensemble. Ils défendent l'égalité entre les Hommes, la liberté pour tous. Leurs écrits remettent en question le fonctionnement de la société. La Révolution rend concrètes ces idées dans la Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen (abolition des privilèges dans la nuit du 4 août 1789). Ces droits doivent s'appliquer à tous et universellement et posent ainsi le fondement du monde contemporain.

Comment les droits de l'Homme sont-ils élaborés puis mis en place à la fin du 18e siècle ?

1. La naissance des droits de l'Homme au siècle des Lumières

Le XVIIIe siècle est dominé par un courant de pensée appelé les Lumières. Il est basé sur la raison, la capacité d'analyser toute chose avec logique, la lutte contre les superstitions religieuses. Les Lumières veulent appliquer la raison à tous les domaines de connaissance, de la physique à la philosophie. L'Encyclopédie témoigne de cette volonté de connaître et de comprendre le monde par la raison.

 

Les idées des Lumières se diffusent grâce aux ouvrages des philosophes anglais, allemands et français lus par les aristocrates et les bourgeois. Les lettres de Voltaire touchent un réseau de 1400 correspondants. Voltaire est le nouveau héros qu'on invite à venir exposer ses idées dans les salons aristocratiques à la mode.

 

L'un des plus grands combats des Lumières est la lutte contre l'intolérance religieuse (Voltaire). Les philosophes luttent contre l'absolutisme, l'arbitraire et l'esclavagisme. Ils défendent l'égalité entre les Hommes, la liberté individuelle de pensée et de conscience.

 

Mots-clés 

- Philosophe : penseur qui utilise la raison pour comprendre le monde et la place de l'Homme dans le monde.

- Absolutisme : système de gouvernement dans lequel le pouvoir souverain est censé venir de Dieu et ne connaît aucune limite (abus de pouvoir).

- Liberté de conscience : chacun peut choisir sa religion ou n'en avoir aucune.

 

2. La Révolution concrétise les idées des Lumières

La Révolution constitue une rupture définitive en marquant la naissance d'une nouvelle société consacrant l'égalité des droits et les libertés individuelles. Dans la nuit du 4 août 1789, les droits féodaux sont abolis. Le 26 août 1789, l'Assemblée constituante adopte la Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen (DDHC). L'Ancien Régime est mort. Désormais, tous les citoyens sont libres et égaux en droits.

 

La DDHC entraîne une série de réformes légales : première abolition de l'esclavage en 1794, égalité devant l'impôt, liberté religieuse, de pensée et d'expression, humanisation des peines de justice, suppression de l'absolutisme.

 

La Révolution va plus loin que les idées des Lumières. Elle en reprend les principes fondamentaux (liberté, égalité, fraternité) mais va jusqu'à supprimer la royauté, ce que les Philosophes, assez modérés, n'avaient pas envisagé. Voltaire et Diderot défendaient plutôt l'idée d'un despotisme éclairé, une monarchie dans laquelle le souverain se ferait conseiller par un philosophe.

 

Mots-clés 

- Privilèges : ensemble d'avantages et d'honneurs accordés à la noblesse et au clergé catholique sous l'Ancien Régime.

- Citoyen : membre d'un Etat, possédant des droits et des devoirs.

- Arbitraire : autorité dépendant seulement de celui qui la détient et synonyme d'injustice.

 

3. Les droits de l'Homme, une application universelle ?

La Déclaration de 1789 se veut universelle, elle doit s'appliquer à tous et partout (article 1). Pour la faire appliquer concrètement, Napoléon Bonaparte fait rédiger le Code civil en 1804. Ces lois sont, pour la plupart, toujours en vigueur en France.

 

Au lendemain de la Révolution française (1792-1815), certains États européens appliquent eux aussi les droits de l'Homme. Le Code civil est imposé aux États conquis par la France. Mais cette diffusion n'a été ni universelle, ni permanente.

 

Dès 1789 en France, les femmes et les esclaves sont exclus des nouveaux droits. L'esclavage est restauré en 1802 avant d'être définitivement aboli en 1848. En Europe, avec la fin de l'Empire napoléonien en 1815, les pays envahis depuis 1792 redeviennent indépendants. Certains d'entre eux maintiennent le Code civil mais d'autres non. Les Droits de l'Homme ne s'imposeront que progressivement dans toute l'Europe. Aujourd'hui, même si la Déclaration universelle des Droits de l'Homme (1948) a été adoptée par la majorité des pays du monde, son application est loin d'être parfaite partout.

 

Mot-clé 

- Principe universel : règle générale valable pour tous les Hommes en tout lieu.

 

2H-SE4-Situation A : Diderot à la cour de Russie (10)

En quoi l'expérience de Diderot à la cour de Russie démontre-t-elle les limites du despostisme éclairé ?

Diderot est à Saint-Pétersbourg entre octobre 1773 et mars 1774. Il y est invité par Catherine II, impératrice de Russie, qui a pris le pouvoir par un coup d’État depuis 1762. Elle donne au début de son règne une image de souveraine moderne, ouverte aux Lumières et prête à en faire l'application dans son empire. Elle est alors en rapport avec plusieurs philosophes français dont Diderot qui pense pouvoir faire d'elle une despote éclairée, une souveraine guidée par la raison.

 

2H-SE4-Situation B : Protestants et Juifs en France à la fin du XVIIIe siècle (11)

A la fin du XVIIIe siècle, les Juifs et les Protestants ont-ils bénéficié des droits de l'Homme?

Depuis 1685 avec la Révocation de l’Édit de Nantes, une seule religion est autorisée en France, le catholicisme. Les Protestants et les Juifs n'ont pas le droit de pratiquer leur religion. Les libertés des Juifs sont très restreintes. Ils ne peuvent s'installer où ils veulent et de nombreux métiers leur sont interdits. Les philosophes se battent contre l'intolérance et pour l'égalité. Les regards sur ces questions évoluent peu à peu mais le statut des Juifs et des Protestants reste un débat très vif à la veille de la Révolution.

 

2H.SE4-Situation C : La nuit du 4 août 1789 (12)

En quoi la nuit du 4 août 1789 est-elle un événement fondateur dans l'histoire des droits de l'Homme ?

L'Assemblée nationale constituante décrète l'abolition des privilèges et des droits féodaux dans la nuit du 4 août 1789 (Droit de chasse, justice seigneuriale, Banalités). C'est la fin de l'Ancien Régime. Certains impôts sont supprimés (Dîme, Taille). Les Villes, les Provinces et certains groupes renoncent à leurs privilèges au profit du bien commun. Dans un climat confus et exalté, les députés esquissent une nation plus équitable. Mais l'application de ce texte prendra des années.