Synthèse des cours - SECONDE - HISTOIRE - SE1

2H-SE1. Humanisme et Renaissance 

DOCUMENTS : https://www.barbeypedagogie.fr/6-ressources-pedagogiques/iconographie-seconde-pro/histoire-seconde-se1/

 

Aux XVe et XVIe siècles, l'Europe connaît un fort dynamisme aux plans démographique, économique et culturel. L'humanisme qui est un nouveau mouvement de pensée, met l'Homme au centre des préoccupations et affirme ses capacités et sa volonté à faire progresser les savoirs. Les artistes rompent avec les traditions médiévales pour s'inspirer de l'antiquité tout en innovant dans les manières de représenter les choses et l'humain. Les artistes italiens et les humanistes sont conscients de cette renaissance de la pensée de l'Homme. Pour eux, c'est la Renaissance. Ce terme désigne aujourd'hui cette période de l'Histoire durant laquelle est né l'esprit moderne et une nouvelle sensibilité artistique en Europe.

Comment l'art et la pensée européenne se renouvellent-ils aux XVe et XVIe siècles ?

 

1. Les fondements et les principaux apports de la pensée humaniste

Dans l'Europe du Moyen Âge, l’Église catholique régente intégralement tous les aspects de la vie des humains. Les humanistes rompent avec cette pensée catholique pour considérer l'Homme comme un être exceptionnel, doté du libre-arbitre et maître de son destin. Ils veulent faire progresser les connaissances humaines dans tous les domaines des langues, des sciences et des techniques, de la religion, des arts, de la politique et de l'éducation.

 

Les humanistes, grands savants et intellectuels, admirent la culture gréco-latine antique. Mais, ils veulent aller plus loin. Ils étudient les textes sacrés de la Bible et en donnent de nouvelles traductions beaucoup plus fidèles mais aussi les écrits des philosophes antiques. Ils réfléchissent aussi aux questions nouvelles soulevées par la découverte du Nouveau Monde.

 

Les humanistes développent un nouvel esprit scientifique privilégiant l'observation et l'expérience. Ils apprennent à mieux connaître le corps humain, le monde et l'univers (planches anatomiques d'André Vésale, nouvelles cartes géographiques, révolution copernicienne).

 

2. Les manifestations du renouveau artistique

La Renaissance naît en Italie dans la seconde moitié du XIVe siècle. Florence, Rome, Venise, où les vestiges de l'Antiquité sont souvent nombreux, connaissent un grand essor économique. Les artistes italiens multiplient les références à la mythologie gréco-romaine et s'inspirent des statues et de l'architecture antiques (dômes, coupoles, colonnes, nus).

 

Les artistes donnent désormais à l'Homme une place centrale. L'art du portrait se développe ainsi que la peinture de paysages. Le réalisme préside aux représentations des corps et des sentiments. L'art profane progresse même si la production religieuse domine encore.

 

Les peintres, les architectes, les sculpteurs s'appuient dans leurs travaux sur des connaissances scientifiques (géométrie, anatomie, optique). Les peintres utilisent la perspective pour représenter l'espace. Désormais, les artistes signent leurs œuvres et certains, comme Léonard de Vinci, acquièrent une renommée internationale.

 

3. La diffusion de la nouvelle culture en Europe aux XV et XVIème siècles

Les artistes et les humanistes renommés voyagent dans toute l'Europe pour enrichir leurs savoirs. Leurs travaux se diffusent par leurs lettres (Erasme) et leurs échanges. Des mécènes (Laurent de Médicis) les protègent et leur commandent des œuvres. L'imprimerie joue un rôle crucial dans la diffusion des idées humanistes (vers 1455, Gutenberg, Mayence). Les livres imprimés commencent à remplacer les manuscrits. Les imprimeurs et les libraires jouent un rôle fondamental dans la diffusion des idées humanistes.

 

Les villes des imprimeries, des universités et des bibliothèques deviennent de grands foyers culturels, surtout dans la vallée du Rhin, au Pays-Bas et en Italie du Nord. La Renaissance artistique italienne s'étend jusqu'aux châteaux de la Loire et de Fontainebleau. Les artistes flamands sont les maîtres de la peinture à l'huile et du portrait avec une luminosité particulière et une abondance de  détails minutieux.

 

2H-SE1-Situation 1 : Erasme et l'Europe (1)

Pourquoi Erasme est-il considéré en Europe comme le Prince des Humanistes ?

Erasme (1467-1536) est un prêtre catholique de Rotterdam, aux Pays-Bas. A 25 ans, il décide de se vouer à l'écriture et parcours l'Europe pour enrichir ses réflexions. Il se lie d'amitié avec plusieurs grands hommes de son temps (Thomas More, le futur Henri VIII à Paris, l'éditeur Alde Manuce à Venise, la cour du pape à Rome,  l'imprimeur Froben à Bâle). Il traduit le Nouveau Testament, organise un collège trilingue latin, grec, hébreu à Louvain puis se réfugie à Fribourg pour échapper aux querelles religieuses. Il entretient une très importante correspondance (plusieurs milliers de lettres en latin). Erasme est un esprit libre, tolérant, optimiste qui croit au pouvoir de la culture pour apporter la paix aux peuples alors même que les querelles politiques et religieuses déchirent l'Europe.

 

2H-SE1-Situation 2 : Vinci et la représentation du corps (2)

Comment la représentation du corps par Léonard de Vinci  illustre-t-elle la place nouvelle de l'Homme à la Renaissance ?

Léonard de Vinci (1452-1519, Vinci est près de Florence) vit dans les grandes capitales de la Renaissance italienne avant de s'installer en France à la cour de François Ier et d'y finir sa vie. C'est un génie qui excelle dans toutes les branches de l'art, de la science et des techniques (La Joconde, L'homme de Vitruve). Ses carnets de dessin témoignent de son immense curiosité et de sa fascination pour le corps humain. Léonard de Vinci reflète les préoccupations des humanistes et participe à la Renaissance artistique de son temps.

http://www.barbeypedagogie.fr/7-activites-pedagogiques/sortir-voyages-sorties-pedagogiques/chambord-clos-luc%C3%A9-avril-2012/

 

2H-SE1-Situation 3 : La controverse de Valladolid (3)

Quel débat la découverte des Indiens d'Amérique suscite-t-elle en Europe ?

A partir de 1492, les Européens découvrent le Nouveau Monde. Ils convoitent ses richesses et rencontrent des peuples inconnus aux coutumes très différentes. Le choc est lourd de conséquences pour les indigènes qui sont massacrés par milliers et réduits en esclavage pour les survivants. Un débat s'installe quant à savoir si les Indiens sont vraiment des êtres humains qu'il faut traiter comme tels. Sont-ils intelligents ? Ont-ils été créés par Dieu ? Quelles relations peut-on établir avec eux ? Deux grands humanistes, Bartolomé de Las Casas et Juan Gines de Sepulveda s'opposent sur ces questions dans une grande controverse organisée en 1550 à Valladolid.

http://www.barbeypedagogie.fr/6-ressources-pedagogiques/oeuvres-litt%C3%A9raires/jean-claude-carri%C3%A8re/