Synthèse des cours - PREMIERE - HISTOIRE - SE4

1H-SE4. De l’État français à la IVe République (1940-1946)

 

DOCUMENTS : https://www.barbeypedagogie.fr/6-ressources-pedagogiques/iconographie-premiere-pro/histoire-premi%C3%A8re-se4/

 

Après la débâcle de l'armée française en juin 1940, le maréchal Pétain est nommé Chef du gouvernement. Il demande l'armistice le 22 juin. Il met fin ensuite à la IIIème République et fonde l'Etat français. Mais des français refusent la défaite et poursuivent le combat aux côtés des Alliés. La IVème République sera fondée sur les idéaux de la Résistance.

 

Qu'est-ce qui caractérise d'une part l'Etat français, d'autre part la IVème République ? En quoi ces deux régimes s'opposent-ils ? Comment les Français réussissent-ils à restaurer la République ?

 

1. Une chronologie de l'Etat Français à la IVe République

3 septembre 1939 : déclaration de guerre de la France à l'Allemagne

juin 1940 : débâcle puis défaite de la France 

17 juin 1940 : appel du Maréchal Pétain à la reddition 

18 juin 1940 : appel du général de Gaulle à la poursuite du combat

10 juillet : Pétain obtient les pleins pouvoirs à l'assemblée

24 octobre : Pétain serre la main à Hitler lors de l'entrevue de Montoire

octobre 1940 : Pétain proclame un statut particulier pour les Juifs (lois antijuives)

1940 : La Résistance intérieure (FFI) et la Résistance extérieure s'organisent (FFL)

10 juillet 1942 : Rafle du Vel' d'Hiv

novembre 1942 : France occupée

début 1943 : instauration du STO

février 1943 : Jean moulin unifie la Résistance et met en place le CNR

6 juin 1944 : débarquement des Alliés en Normandie

juin 1944 : De Gaulle préside la GPRF

15 août 1944 : débarquement de Provence

septembre 1944 : le gouvernement de Pétain part en exil

19-25 août : insurrection de Paris

août 1945 : procès du Maréchal Pétain

octobre 1945 : Assemblée constituante de la IVe République

octobre 1946 : nouvelle constitution donnant naissance à la IVe République

 

2. L'Etat français autoritaire collabore avec les autorités allemandes.

En 1940, c'est la débâcle. Les français fuit vers le sud. C'est l'exode. Le gouvernement s'installe à Bordeaux. Le maréchal Pétain, héros de la Première guerre, est appelé au pouvoir. Il signe l'armistice avec l'Allemagne nazie le 22 juin 1940. La France est désarmée et doit payer son occupation par les troupes allemandes. Elle livre les antinazis réfugiés sur son territoire. Le pays est coupé en deux par une ligne de démarcation. La zone nord est occupée, la zone sud est considérée comme libre sous l'autorité du gouvernement pétainiste à Vichy.

Le 11 juillet, Pétain fonde l'Etat français après l'autodissolution du Parlement. Il obtient les pleins pouvoirs et met fin à la République.

 

Pétain nomme Pierre Laval, un collaborationniste notoire, comme premier ministre. La Révolution nationale est censée redresser la France. La devise Travail, Famille, Patrie remplace la devise républicaine. C'est le retour aux valeurs dites traditionnelles, la femme au foyer, la famille nombreuse, l'artisanat, la pratique régulière du culte catholique. La presse est censurée et contrôlée.

 

Le régime poursuit une politique d'exclusion envers les juifs, les communistes, les étrangers. Les Juifs particulièrement sont recensés et privés de leurs droits et de leurs biens. Pétain s'engage dans la collaboration avec les nazis. Il veut une place avantageuse pour la France dans le nouvel ordre européen. Il va jusqu'à rencontrer Hitler à Montoire le 24 octobre 1940. L'Etat français collabore avec le régime nazi allemand aux plans économique, militaire, politique et policier. A partir de 1942, le régime pétainiste participe à la solution finale (rafle du Vel' d'Hiv, camp de Drancy). La zone sud est envahie. En 1943, la relève est instaurée, le STO imposé. La milice traque les résistants.

 

3. La résistance refuse l'armistice et poursuit la lutte contre le nazisme.

Avec son appel du 18 juin 1940, le général de Gaulle organise la résistance depuis Londres, en Angleterre. Il y instaure le gouvernement de la France Libre. Les volontaires qui le rejoignent forment les Forces Françaises Libres (FFL) qui commencent à intervenir auprès des Alliés à partir de 1942.

 

En 1943, Jean Moulin crée sur le sol français le Conseil national de la Résistance (CNR). En 1944, il organise une armée, les Forces Françaises intérieures (FFI). Les FFI font du sabotage, liquident des nazis, s'organisent dans des maquis (Vercors, Corrèze). La répression est féroce sous formes de torture, déportation, exécution, massacre d'otages.

 

De Gaulle s'impose comme le chef de la Résistance et comme représentant légitime de la France auprès des Alliés. Alger devient la capitale de la France combattante après le débarquement allié en Afrique du nord. En mars 1944, le CNR prépare la restauration de la République et de ses valeurs et propose des réformes économiques et sociales très importantes. Le Gouvernement provisoire de la République Française (GPRF) présidé par De Gaulle s'installe dans Paris libéré par les troupes françaises le 25 août 1944. Les principes républicains sont restaurés (élections, égalité civique y compris le vote des femmes, libertés fondamentales). Des réformes sont entreprises (nationalisations, Sécurité sociale).

 

Repères :

Milice : organisation paramilitaire française créée pour lutter contre la Résistance.

Maquis : lieux difficiles d'accès où se réfugient les groupes armés de Résistants.

FFI : Forces Françaises de l'Intérieur (Résistance sur le sol français)

FFL : Forces Françaises Libres (Résistance française basée à Londres et dirigée par de Gaulle).

STO : Service du Travail Obligatoire instauré par l'Etat Français pour que de jeunes français aillent travailler en Allemagne.

CNR : Conseil National de la Résistance mis en place par Jean Moulin en vue d'unifier tous les courants politiques de Résistants sur le sol français.

GPRF : Gouvernement Provisoire de la République Française sous la présidence du général de Gaulle.

 

 

1H-SE4-SITUATION 1 : La rafle du Vel d’Hiv (7)

Comment l'Etat français a-t-il participé à la déportation au génocide des Juifs ?

La rafle du vélodrome d'Hiver à Paris les 16 et 17 juillet 1942 est un aboutissement de la politique collaborationniste de l'Etat Français. Les familles juives sont arrêtées par la Police française, transportées au Vel d'Hiv par des bus de la RATP conduits par des français puis parquées dans des conditions inhumaines dans le Vel d'Hiv gardé par des policiers français. Les familles juives sont ensuite acheminées dans des camps de transit surveillés par des gardes français avant d'être remises aux autorités allemandes pour leur déportation vers les camps de la mort. L'Etat français applique sa propre politique d'antisémitisme, de collaboration voulue avec l'Allemagne qui a décidé l'extermination des juifs d'Europe.

 

1H-SE4-SITUATION 2 : Jean Moulin et l’unification de la Résistance (8)

Pourquoi fallait-il l'unification de la Résistance ?

Jean Moulin, ancien préfet ayant rejoint la France Libre à Londres et envoyé spécial de de Gaulle, doit unir les divers groupes de la résistance française. A partir de mai 1943, la Résistance est unifiée sur le sol français et s'unit à la France Libre. L'unification est difficile car les groupes sont nombreux et sont orientés politiquement très différemment (les communistes sont majoritaires).

 

En mars 1944, le programme d'après-guerre est adopté. Les valeurs républicaines de liberté, d'égalité et de fraternité sont rétablies ainsi que la démocratie y compris pour les femmes (droit de vote). Les libertés fondamentales et l'égalité civique sont rendues à tous les citoyens. Des réformes économiques sont entreprises, les grands moyens de production indispensables à la reconstruction sont nationalisés. Des réformes sociales sont engagées avec la réglementation du travail, la liberté syndicale, la création de la Sécurité sociale et de la retraite, l'égalité de tous les enfants face à l'instruction et à la culture.