Synthèse des cours - PREMIERE - HISTOIRE - SE3

1H-Sujet d'étude 3 La République et le fait religieux depuis 1880

 

DOCUMENTS : https://www.barbeypedagogie.fr/6-ressources-pedagogiques/iconographie-premiere-pro/histoire-premi%C3%A8re-se3/

 

Au XIXème siècle, la religion catholique imprègne encore la vie quotidienne des français. L'Eglise catholique et l'Etat ont toujours des liens étroits. A partir des années 1880, la IIIème République s'affirme dans les institutions et dans les mentalités. Les valeurs de 1789 sont mises en avant. L'Eglise catholique est renvoyée à la marge et dans la sphère privée.

 

Dans ce contexte de laïcisation, quelle place faire au fait religieux ? Comment évoluent les rapports entre l'Eglise catholique, les autres cultes et la République ?

 

1. Les lois laïques depuis les années 1880

1881-1882 : Lois scolaires sur l'Ecole publique, gratuite, obligatoire et laïque.

1905 : Loi de séparation des Eglises et de l'Etat

1946 : La laïcité inscrite dans la Constitution de la 4ème République

1958 : La laïcité réaffirmée dans la Constitution de la 5ème République

2004 : Loi interdisant les signes religieux à l'Ecole publique

 

2. La laïcisation progressive de la société française du 19e au 20e siècles

Au 19e, le catholicisme est partout présent en France. Il rythme la vie des citoyens français (baptêmes, mariages, enterrements, écoles, hôpitaux, dans les colonies). L'Eglise catholique, conservatrice, soutient la monarchie. En 1870, la 3ème République est proclamée.

En 1880, les grandes lois laïques sont votées (14 juillet, Marseillaise) et en 1881, l'école publique obligatoire de 6 à 13 ans est instaurée. Le divorce, le mariage et les enterrements civils sont reconnus. L'Eglise catholique s'y oppose violemment. La laïcisation de la société est aujourd'hui un fait même s'il reste des traces de l'emprise de l'Eglise catholique dans les jours fériés, l'utilisation de Noël à l'ecole maternelle publique, etc. Le patrimoine bâti est une richesse culturelle (Cathédrales). L'engagement religieux est du domaine personnel.

 

3. La laïcisation de l'Etat depuis 1905

Depuis le Concordat entre Napoléon 1er et l'Eglise catholique en 1801, les prêtres, les pasteurs et les rabbins sont nommés et payés par l'Etat. A partir de 1880, l'Etat amorce une politique de séparation d'avec les religions et surtout avec le catholicisme. L'anticléricalisme s'installe.

En 1905, c'est la fin du Concordat, l'Etat et les religions sont officiellement séparés. Les lieux de culte seront désormais construits et financés par des associations de fidèles.  Le pape Pie X condamne la France. Sa position provoque de graves troubles. Les choses s'apaisent après la Grande guerre par les accords de 1924 avec l'Eglise catholique.

Aujourd'hui, L'Etat est neutre à l'égard des croyances. Il interdit depuis 2004 les signes religieux à l'école publique. Toutes les religions peuvent exister et construire leurs propres lieux de culte aux frais de leurs fidèles. La République se place au dessus des revendications religieuses et soutient l'égalité de tous dans la laïcité.

 

Repères

Congrégations : groupes de personnes vivant le plus souvent en communauté pour des raisons religieuses. 

Laïcisation : action de rendre indépendant du clergé et de toute confession religieuse.

Anticléricalisme : attitude hostile envers le clergé d'une Eglise et envers son emprise sur la société.

Laïcité : principe de séparation stricte entre la société civile et la religion. L'Etat a le pouvoir politique, l'Eglise doit rester dans sa propre sphère d'influence.

 

 

1H-SE3-SITUATION 1 : Les lois laïques des années 1880 (5)

Comment l'enseignement devient-il laïc ? Dans quelles conditions est-il mis en place ?

Les républicains veulent assurer la formation de citoyens responsables et libres de l'emprise religieuse du catholicisme.

Les lois de Jules Ferry de 1882 rendent l'école gratuite, obligatoire et laïque.

Des instituteurs sont formés et payés par la République. Des écoles publiques sont construites.

Les lois sur la laïcité de 1901 et 1905 diminuent l'influence de l'Eglise catholique.

L'Etat ne finance aucun culte depuis 1905. Cependant, cela n'empêche pas des lieux de culte d'être toujours construits.

Des habitants issus de l'immigration désirent continuer de pratiquer leur culte.

La loi interdit le financement public des lieux de culte. Mais des associations cultuelles ont le droit de lever des fonds auprès de leurs fidèles pour construire leurs lieux de culte.

Depuis 1905, d'autres cultes que le catholicisme sont nombreux dans les villes et la variété crée des territoires interculturels.

 

1H-SE3-SITUATION 2 : Aristide Briand et le loi de séparation des Eglises et de l'Etat ?(6)

Pourquoi dit-on qu’Aristide Briand est l'artisan de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat ?

Le gouvernement d'Emile Combes prend des mesures contre l'Eglise catholique. Le conflit entre la République et l'Eglise catholique est ouvert. Le Concordat est abrogé, la séparation est imposée.

La loi de 1905 est adoptée dans une ambiance de combat. Aristide Briand négocie avec l'Eglise catholique afin d'éviter des affrontements dans l'ensemble du pays.

La loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l'Etat reste, plus de cent ans plus tard, un des socles du vivre ensemble dans la République.