Synthèse des cours - PREMIÈRE - GÉOGRAPHIE - SE7

1G-SE7. Pôles et aires de puissance

DOCUMENTS : http://www.barbeypedagogie.fr/6-ressources-pedagogiques/iconographie-premiere/g%C3%A9ographie-premi%C3%A8re-se7/

 

Les pôles et les aires de puissance sont divers par leurs échelles et leurs lieux centraux de pouvoirs économique, politique et culturel. Ils dominent et organisent le système monde.

 

Comment ces espaces rayonnent-ils sur la planète ?

 

1. Les villes mondiales : centres d'impulsion planétaire

Les métropoles mondiales se définissent surtout par leur rayonnement au niveau planétaire (NY, Tokyo, Londres, Paris). Elles sont à la tête de vastes mégalopoles.

 

Les métropoles mondiales ont une activité stratégique aux plans financier (bourses), médiatique (agences de presse), scientifique (technopôles) et des échanges (personnes, biens, capitaux). Elles sont le siège de grandes multinationales (Microsoft à Seattle) et d'institutions internationales (ONU à NY). Elles sont aussi des pôles culturels (Paris).

Elles sont des têtes de réseaux (production, information, transports). Leur centre-ville ultramoderne (CBD) symbolise leur puissance.

 

Les métropoles internationales sont concurrencées par les métropoles émergentes surtout asiatiques (Bombay, Singapour) et la crise les fragilise (Détroit). Elles recherchent de nouvelles performances (Londres, Paris).

 

2. Les aires de puissance : Etats et régions

A l'échelle des Etats, la Triade se distingue par son poids territorial, démographique, économique. Les USA sont la seule aire de puissance complète. L'UE est une aire de puissance multipolaire, l'Asie orientale une aire de puissance économique et spatiale (Japon, Taiwan).

 

A l'échelle des régions, la puissance se concentre surtout dans quelques régions fortement urbanisées, anciens pôles industriels reconvertis en interface (NE des USA).

 

Les aires de puissance sont des aires de production massive et diversifiée (industrielle, agroalimentaire, financière et commerciale), d'innovation (scientifique, intellectuelle, artistique), de décision (ONU, OMC, banque mondiale, sièges de firmes transnationales, d'organisations militaires et stratégiques internationales), d'échanges (réseaux aériens, maritimes, satellites, internet).

La mégapole japonaise en est un exemple. La mégapole est le centre vital du Japon. Elle ouvre l'archipel nippon sur le monde. C'est un concentré de population et de puissance. La moitié des Japonais y assure l'essentiel des activités industriels, commerciales et financières du pays. Tokyo est son centre dominant. C'est la plus grande ville du monde en nombre d'habitants. C'est aussi le plus grand centre en puissance du Japon. Elle est en aménagement constant. Des travaux titanesques sont conduits pour aménager et gagner des espaces et faciliter les déplacements.

 

Cependant, ces aires de puissance sont en difficultés démographiques (vieillissement), sociales (pauvreté), économiques (concurrence). Leur modèle de croissance est incompatible avec le développement durable.

 

De nouvelles aires de puissance émergent (Etats du Golfe, région de Bengalore en Inde) et intègrent le G20.

Les pays du Nord sont toujours les plus riches mais on assiste à une redistribution des aires de puissance.

 

Repères

Archipel mégalopolitain mondial : ensemble des villes mondiales connectées entre elles par un réseau dense de communications et des liens économiques.

Mégalopoles : concentration de villes mondiales au sein d'un vaste ensemble urbanisé (mégalopole japonaise (Tokyo), mégalopole étasunienne (NY), mégalopole européenne).

Villes globales : villes mondiales les plus puissantes (Tokyo, NY, Londres, Paris) ayant un rayonnement international (ex.: siège de l'ONU à NY).

Villes mondiales : métropoles multimillionnaires regroupant les centres de la finance, de l'assurance, des services, des sièges sociaux, des fonctions de commandements.

CBD : Central Business District, centres d'affaires des villes mondiales (City/Londres, Wall Street/NY, La Défense/Paris).

Oligopole mondial : domination des grands centres mondiaux de puissance sur l'ensemble de la planète (Asie orientale-Japon, Chine littorale, NPI / Europe occidentale / Amérique du Nord).

NPI : Nouveaux Pays Industrialisés.

ALENA : l'Accord de Libre-Echange Nord-Américain regroupe au plan commercial les USA, le Canada et le Mexique (450 millions d'habitants).

BRICS : nouvelles puissances émergentes : Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud.

G8 : Groupe des 8 pays les plus riches et influents du monde

- en Europe : Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni, Russie

- en Amérique : Etats-Unis, Canada

- en Asie : Japon

G20 : G8 + 12 autres pays

- en Europe : Union Européenne

- en Amérique : Mexique, Brésil, Argentine

- en Asie : Turquie, Arabie saoudite, Chine, Corée du Sud, Inde, Indonésie

- en Afrique : Afrique du Sud

- en Océanie : Australie

OMC : Organisation Mondiale du commerce.

 

 

1G-SE7-Situation 1 : la Chine littorale (13)

En quoi l'aire de puissance chinoise reste-t-elle encore limitée ?

La Chine est la troisième puissance mondiale.

Un espace de puissance limité - Il y a un grand contraste entre la façade maritime et l'intérieur du pays. Sur cette façade, quelques pôles urbains sont très attractifs.

Un développement progressif - La façade littorale de la Chine est l'atelier du monde mais fait aussi sa révolution de l'intelligence.

Une volonté de rayonnement - Les provinces littorales doivent impulser le développement de l'intérieur de la Chine qui reste encore à faire et stimuler les relations avec l'étranger.

 

1G-SE7-Situation 2 : La Californie (14)

Quelles est cette réussite ? Comment s'inscrit-elle dans l'espace ?

La Californie est un des centres mondiaux de la nouvelle économie.

Un boum économique - La réussite économique de la Californie passe par des domaines aussi divers que les NTIC, le cinéma, l'agriculture et le tourisme.

Une influence sur le monde - Ce que produit la Californie connaît une diffusion planétaire et conditionne l'économie et la pensée mondiale.

Le rêve californien - Le modèle de développement californien nuit grandement à l'environnement. Les productions de la Californie se démodent et sont vite concurrencées et doivent sans cesse cherchées à se renouveler.