Synthèse des cours - CAP - HISTOIRE - SE3

CAP-H-SE3- La République en France

 

DOCUMENTS : http://barbeypedagogie.jimdo.com/5-ressources-pedagogiques/iconographie-cap/histoire-cap-se3/

 

Situation 1 : Le droit de vote en France : évolution et débats (8/25)

Situation 2 : Le président de la République sous la Ve République (9/25)

Situation 3 : République et laïcité : la loi de 1905 (10/25)

 

NOTE

Cette partie du programme d'histoire de CAP est commune au programme d'histoire de la classe de Première. Le lien renvoie à cette partie du programme de Première [1H-SE3 - La République et le fait religieux depuis 1880].

 

Le régime républicain a beaucoup évolué en France depuis 1870. D'abord fragile face à l'opposition monarchiste, puis renforcé pendant la Première Guerre mondiale, il est supprimé par l'Etat Français du maréchal Pétain pendant la Seconde Guerre mondiale. Depuis 1945, la République est le régime démocratique de la France.

 

Quelles évolutions politiques et sociales ont transformé la République française ?

 

1. La République est fondée sur des valeurs : liberté, égalité, fraternité

La devise de la République, rappelée dans l'article 2 de la Constitution de 1958, est « Liberté, Égalité, Fraternité ». Elle repose sur la philosophie des Lumières et les principes de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789. Ces valeurs se traduisent par des droits.

La liberté concerne tous les domaines, comme la liberté d'expression ou la liberté de penser. L'égalité de tous est assurée par le suffrage universel. Tous les citoyens ont les mêmes droits et devoirs et sont soumis aux mêmes lois. La fraternité évoque la solidarité entre les citoyens.

 

2. La République est fondée sur des principes : elle est indivisible, laïque, démocratique et sociale

Le principe d'indivisibilité s'appuie sur l'usage d'une langue commune, le français, seule langue officielle de la République. Les lois de la République s'appliquent sur tout le territoire français.

Depuis la loi de séparation des Églises et de l'État (1905), la France est un État laïque : afin de garantir la liberté de conscience, l'État ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte.

La France est une République démocratique. Le pouvoir appartient au peuple qui élit ses représentants.

Enfin, la France est une République sociale : la République doit se donner les moyens d'assurer à chacun une éducation, un logement, un emploi, une couverture médicale. Ces droits sociaux ont été affirmés dans le préambule de la Constitution de 1946. 

 

3. La République est représentée par des symboles

Pour mieux affirmer ses valeurs et ses principes, la République s'est donnée des symboles. Si beaucoup de ces symboles se référent à la Révolution française, ils n'ont été adoptés, pour la plupart, que sous la IIIe République. L'école et l'armée construisent alors un sentiment national et l'attachement à la République.

Les principaux symboles républicains sont l'hymne national, La Marseillaise, le drapeau tricolore, Marianne, la fête nationale du 14 juillet, la devise républicaine. Ces symboles sont utilisés lors de cérémonies officielles ou lors de manifestations sportives. Ils figurent sur les bâtiments officiels et rappellent à tous les valeurs et principes de la République française, ainsi que l'histoire de la construction de la République. 

 

Quelques repères chronologiques 

1870 : La République (parlementaire) est proclamée après la défaite de Napoléon III.

1940 : Les pleins pouvoirs sont votés au maréchal Pétain. L'Etat Français remplace la république.

1944 : De Gaulle instaure le Gouvernement Provisoire de la République Française - GPRF.

1946 : IVe République (régime parlementaire)

1958 : Ve république (régime semi présidentiel)

- Charles de Gaulle (1958-1969), Georges Pompidou (1969-1974), Valéry Giscard d'Estaing (1974-1981), François Mitterrand (1981-1995), Jacques Chirac (1995-2007), Nicolas Sarkozy (2007-2012), François Hollande (2012-).

 

CAP-H-SE3 - Situation 1 : Le droit de vote en France : évolution et débats

Le droit de vote est reconnu en France depuis 1848. Mais c'était seulement le suffrage universel masculin (des plus de 21 ans). Jusqu'en 1944, les suffragettes (suffragistes) combattent pour le droit de vote et celui de se présenter aux élections pour les femmes. Charles de Gaulle, président du GPRF leur accorde le droit de vote par un décret (suffrage universel masculin et féminin des plus de 18 ans).

Valéry Giscard d'Estaing, président de la République, abaisse la majorité à 18 ans et élargit ainsi le corps électoral (1978).

Les ressortissant de l'Union Européenne résidant en France peuvent voter aux élections municipales et aux élections européennes depuis 1992 (Traité de Maastricht).

Tous les gouvernements cherchent à lutter contre l'abstention.

 

CAP-H-SE3 - Situation 2 : Le président de la République sous la Vème République

Depuis le référendum de 1962 voulu par le général de Gaulle, le président de la République est élu au suffrage universel. C'est la plus haute fonction de la Ve République. Il est le chef du pouvoir exécutif et nomme le premier ministre et le gouvernement. Il s'appuie sur la majorité des députés de l'Assemblée nationale, qui en général sont du même parti politique que lui sauf en cas de cohabitation.

Le président de la république incarne l'Etat et à ce titre garantit l'indépendance de la France face aux autres pays. C'est pourquoi il est le chef des armées. Il est aussi le responsable de la diplomatie qui est considérée comme son domaine réservé. Il représente la France lors des grands sommets politiques internationaux.

 

CAP-H-SE3 - Situation 3 : République et laïcité : loi de 1905

La IIIe république coupe progressivement tout lien avec l'Eglise catholique et impose une laïcisation progressive de la société française.

Jules Ferry fait adopter des lois scolaires (1881-1882) qui rendent l'école républicaine, gratuite, laïque et obligatoire.

En 1905, l'Etat et l'Eglise catholique (et aussi les autres cultes) sont définitivement séparés (loi de séparation des Eglises et de l'Etat). Désormais, aucune religion n'est subventionnée. L'éducation religieuse ne peut avoir lieu qu'en dehors des heures de classe. L'Etat fait l'inventaire des objets qui se trouvent dans les lieux de culte et qui deviennent sa propriété (pour tous les lieux de culte construits avant 1905). La liberté religieuse et l'exercice des cultes sont garantis.

Les IVe et Ve Républiques sont laïques. On peut croire à ce qu'on veut dans le domaine privé mais cela ne doit pas interférer dans la vie politique ou à l'école. En 2004, les signes religieux ostentatoires (très visibles) sont interdits dans les établissements scolaires afin de préserver la neutralité de l'école.

La laïcité est toujours source de débat dans la société française.